Si on divise l'histoire de la capoeira dans ces différentes étapes, on obtient le découpage suivant :

  1. Naissance de la capoeira au Brésil pendant l'esclavage autour du XVIème siècle
  2. Interdiction de la pratique de capoeiragem dans le code pénal brésilien jusqu'en 1954 (Código Penal da República dos Estados Unidos do Brasil, Decreto número 847, de 11 de outubro de 1890)
  3. Démocratisation de la capoeira au Brésil à partir des années 1930 avec la création de la première école de capoeira "Centro de Cultura Fisica e Capoeira Regional" puis le "Centro Esportivo de Capoeira Angola" respectivement par Mestre Bimba et Mestre Pastinha.
  4. L'expansion de la capoeira à partir des années 1970, et ce que les pratiquants de cet art en font aujourd'hui.

Au début, je doute que la langue ait été très importante. J'imagine que les chants restaient simples et étaient dérivés des dialectes ethniques, ou dans un portugais oral. Puis, je suppose que la langue brésilienne a pris un aspect fédérateur. C'est devenu la langue commune, et finalement la seule langue au bout de quelques générations. La capoeira étant tout d'abord une tradition orale, le portugais est devenu inhérent à la capoeira. C'est dans cette langue que les instructions du jeu, au travers des chants, sont donnés, ainsi que les cours mêmes. C'est pourquoi, le portugais devient nécessaire, d'abord pour communiquer avec les pratiquants et Maîtres brésiliens eux-même qui détiennent le savoir mais également pour garder contact avec la signification des chants qui interagissent avec les capoeiristes dans le jeu.

Mais on trouve une autre évolution aujourd'hui. Les maîtres de capoeira parlent plusieurs langues maintenant ayant émigré et voyagé de part le monde. L'art évolue avec eux. C'est pour cela qu'il n'est plus étonnant de voir des groupes comme arte negra créé des chansons en français ou de voir Mestre Liminha chanté en Français (Suisse). On trouve même des régions du monde où l'esclavage a pris une part importante dans l'histoire locale et n'a rien envié à la capoeira. Je pense à la Guadeloupe. J'ai pu y rencontré Capoeira Gwada Crew qui ont adapté la capoeira à leur vision et chante certaines chansons en créole. Tout comme l'anglais qui n'appartient plus aux anglais du Royaume-Uni, la capoeira n'appartient plus aux brésiliens. C'est le monde qui façonne la capoeira de demain.

Cependant ces évolutions sont plutôt des clins d'oeil, car il est vrai que personne ne reprend ces chants dans les rondes de capoeira dans d'autres groupes de capoeira. Alors que le portugais permet d'avoir la même base commune à tous les capoeiristes.